Notre édifice

De l'hôtel de ville... à la Maison des Bâtisseurs

Un hôtel de ville pour une compagnie

De la création de la ville en 1924 jusqu’en 1937, les réunions du conseil municipal d’Isle-Maligne se déroulent dans les bureaux de la compagnie Alcan, propriétaire du barrage et des terrains de la localité. Ce n’est qu’au milieu des années 1930, suite à des pressions politiques, que le conseil municipal et les propriétaires de la compagnie approuvent la construction du quartier Centre et de l’hôtel de ville.

Les travaux du chantier débutent en août 1936. Ils sont retardés, peu après, par un feu qui détruit l’intérieur et le toit de l’édifice, en janvier 1937. La construction prend alors deux mois de retard et, vraisemblablement pour des raisons de budget, on décide de ne pas construire le clocheton du toit prévu sur les plans originaux.


 

Le bâtiment au fil du temps
Au fil des ans, outre la mairie, le bâtiment abrite plusieurs services dont une boucherie, un salon de barbier, une épicerie, les bureaux de la Saguenay Power (division de la compagnie Alcan), les Chevaliers de Colomb et leur salon de quilles et la cour municipale. Le gouvernement du Québec devient propriétaire de l’édifice en 1972 et y loge la Sûreté du Québec et différents ministères. Enfin, ses locaux abritent l’organisation des Jeux du Québec en 1999 et Tourisme Alma de 1999 à 2002.

Des réceptions dont plusieurs se souviennent se déroulent aussi dans l’édifice : " La salle de danse était à l’hôtel de ville. On y allait souvent, même si dans les autres paroisses la danse était considérée comme un péché. Les protestants venaient aussi. Quand il y avait des noces, tout le monde était invité. C’était une vie de famille, catholiques et protestants tous ensemble. On a vu même des protestants venir chanter avec nous à la messe de minuit. Il y avait une fraternité car tous les hommes travaillaient ensemble au pouvoir, c’était tous des chums. " (O. Girard)

Source : Dany Côté, Isle-Maligne, Fille de l’eau et des hommes, 1924-1962, Alma, SHL, 1997, p. 138.



Un édifice à l’allure classique
Les plans de l’édifice sont dessinés par les architectes Lamontagne et Gravel de Chicoutimi et J.C. Meadowcroft de Montréal. L’architecture, de style colonial, se caractérise par une composition organisée et symétrique du bâtiment. Les éléments architecturaux se composent du fronton central, des colonnes, des encadrements détaillés autour des portes, des fenêtres rectangulaires à demi-cercle et du revêtement de briques.
 

 

Une maison habitée aujourd'hui par l'histoire

Siège du conseil municipal d’Isle-Maligne jusqu’en 1962, l’ancienne mairie accueille aujourd’hui les bureaux de la Société d’histoire du Lac-Saint-Jean (SHL). L’idée de déménager ne date pas d’hier. Déjà en 1993, la SHL oriente son développement vers un projet de relocalisation de ses services à Isle-Maligne. Les démarches aboutissent finalement à l’achat de l’édifice par la ville d’Alma, en 1998, puis à la citation de celui-ci comme bâtiment historique, en 2000. Une campagne de souscription s’organise alors et on ouvre officiellement le chantier, avec la première pelletée de terre, en octobre 2002.

La Maison des Bâtisseurs, nouvelle appellation de l'édifice, permet à la SHL de doubler ses espaces et de développer un carrefour de services culturels et touristiques accessibles. Elle comprend des bureaux administratifs et de services ainsi que des espaces de traitement, de conservation et de consultation des archives conformément aux normes des Archives nationales du Québec. De plus, elle offre des salles d’expositions permanente et temporaire avec des espaces éducatifs et de collection qui mettent en valeur le savoir-faire des gens d’ici.


 

L'avenir du passé

La Maison des Bâtisseurs, jadis un lieu de rencontre pour tous les gens, retrouve sa vocation initiale. Elle permet maintenant à la collectivité régionale de profiter d’un équipement culturel de qualité, dans un lieu dédié à la conservation et à la diffusion de la culture. Elle est un attrait touristique incontournable, pour quiconque s’intéresse à l’histoire et au patrimoine du Saguenay–Lac-Saint-Jean.